Pamela Kribbe canalise Jeshua

Je suis Jeshua. Je suis avec toi. À travers les barrières de l’espace et du temps, je me tiens à vos côtés ; sens-moi dans ton cœur. Je connais tellement l’être humain – les hauteurs et les profondeurs.

J’ai exploré tout le domaine des sentiments humains, et à l’intérieur de ce monde d’extrêmes, j’ai finalement trouvé une porte de sortie ; un passage vers une manière différente de voir les choses, à travers laquelle toute l’expérience d’être humain se présente sous un jour différent – ​​une manière qui crée la tranquillité et la paix dans votre cœur.

C’est de cette issue, de ce passage, que je voudrais vous parler aujourd’hui. Beaucoup d’entre vous se retrouvent face à un dilemme ; une lutte que vous avez avec vous-même. Il y a une idée vivante dans votre esprit selon laquelle vous devriez être meilleur et différent de ce que vous êtes actuellement.

Que vous devriez être plus développé, plus saint, plus capable de suivre certaines règles, avoir un idéal plus élevé que vous avez pour vous-même – mais c’est un faux idéal. Tout ce travail sur soi repose sur l’idée que vous n’êtes pas bon tel que vous êtes ; qu’il y a autre chose ; que vous avez le pouvoir de vous changer ; que vous contrôlez le fait que vous êtes un humain. C’est une idée ancienne, que vous avez pleinement vécue à une époque très ancienne.

Cette idée existait en partie en Atlantide, où vous avez développé le troisième œil et où vous l’avez vécu comme centre d’observation dans votre tête. De ce troisième œil, vous pouviez percevoir, et à partir de là aussi, vous vouliez intervenir, façonner la vie selon vos souhaits.

Il y avait chez vous une certaine tendance à la domination, mais cette tendance était aussi inspirée par votre conception de la vérité. Vous aviez l’idée que vous agissiez sur la base de principes supérieurs, de sorte que ce que vous faisiez était « bon » – et c’est toujours le cas.

Le pouvoir est toujours voilé par des idées considérées comme bonnes. Toute une idéologie se construit alors autour d’une telle idée, ce qui en fait une vision du monde qui apparaît comme une recherche du bien, alors qu’en substance, vous essayez de contrôler la vie – à la fois en vous-même et chez les autres.

Le pouvoir corrompt – il vous éloigne du flux naturel de la vie qui est présent en chaque être humain. Le pouvoir vous donne un concept de malléabilité qui, en fait, repose sur l’illusion. La vie, telle que vous la connaissez, n’est pas flexible de cette manière et n’est pas déterminée par la raison, ni par la volonté, ni par le troisième œil. La vie ne s’inscrit pas dans une vision du monde ou dans un système, et elle ne peut pas être organisée sur la base de processus mentaux.

Pendant longtemps, vous avez engagé un combat contre votre humanité – la condition humaine. Beaucoup de chemins spirituels reposent sur l’idée qu’il faut travailler sur soi, qu’il faut s’élever et qu’il faut s’imposer un chemin d’action planifié qui vous mènera vers une situation idéale.

Mais cette idée crée beaucoup de luttes intérieures. Si vous partez de l’idée d’un idéal requis, vous vous imposez des normes que vous savez très bien intérieurement que vous ne pouvez pas ou ne pouvez pas respecter – vous échouez donc dès le départ.

Ressentez, maintenant, l’énergie de cette façon de penser : ce que vous vous faites, quelle énergie vient du besoin de vous imposer, de la quête de vous améliorer, et du désir d’organiser la vie, vos émotions et vos pensées. Ressentez l’énergie de vouloir contrôler les choses. Est-ce une énergie d’amour ?

Souvent, cette énergie se présente comme l’amour, comme le bien et le vrai, mais le pouvoir se cache toujours de cette façon pour qu’il soit plus facile à accepter pour les gens. Le pouvoir ne montre pas ouvertement son visage ; le pouvoir séduit par la pensée. C’est pourquoi il vaut mieux ne pas penser , mais ressentir ce que le désir de contrôler la vie vous fait.

Regardez-vous dans votre vie quotidienne, dans le présent, dans votre vie maintenant. Combien de fois luttez-vous encore contre vous-même, condamnez-vous ce qui surgit en vous, ce qui surgit naturellement en vous et veut couler ? Dans cet état de jugement réside une énergie critique, une froideur : « cela ne devrait pas être, c’est mal, cela doit disparaître ». Ressentez cette énergie – est-ce que cela vous aide ?

Je veux maintenant vous emmener vers une manière différente de vous regarder ; un endroit où le changement peut se produire, mais sans combat, sans s’attaquer brutalement à soi-même. Pour que cela soit clair, permettez-moi de vous donner un exemple.

Imaginez qu’il se passe quelque chose dans votre vie qui suscite en vous un sentiment de colère ou d’irritation – quel que soit le nom que vous voulez lui donner. Maintenant, vous pouvez réagir à cette colère de différentes manières. Si vous n’avez pas l’habitude de réfléchir à vos émotions et que vos réactions sont très primaires, alors il n’y a là que de la colère – vous êtes en colère, point final.

Vous y êtes englouti et vous vous identifiez à la colère. Souvent, il arrive alors que vous rejetiez la cause de votre colère à l’extérieur de vous-même – vous rejetiez la faute sur quelqu’un d’autre. Quelqu’un d’autre a fait quelque chose de mal et c’est de sa faute si vous vous sentez en colère. C’est la réaction la plus primaire – vous êtes identifié à votre colère, vous êtes en colère.

Une autre possibilité est ce que j’appelle la deuxième façon de réagir. Vous êtes en colère et il y a immédiatement une voix dans votre tête qui dit : « cela ne devrait pas arriver ; c’est faux; ce n’est pas bien que je me sois mis en colère ; Je dois supprimer cela.

Il se peut que la répression de votre colère vous ait été enseignée à travers votre éducation religieuse ou dans une perspective sociétale. Par exemple : il est préférable, plus gentil, plus honnête moralement de ne pas montrer sa colère aux autres. Cela vaut certainement pour les femmes qu’il ne convient pas d’exprimer ouvertement leur colère – que ce n’est pas féminin.

Il y a toutes sortes d’idées qui vous ont amené à juger votre colère en vous-même. Alors que se passe-t-il ? Il y a de la colère en vous, et immédiatement une opinion surgit à ce sujet : « ce n’est pas permis, c’est mal ». Votre colère devient alors votre côté ombre parce que, littéralement, elle ne peut pas entrer dans la Lumière – elle ne doit pas être vue.

Qu’arrive-t-il à la colère si elle est réprimée de cette manière ? Cela ne disparaît pas, cela passe dans votre dos et vous affecte d’une autre manière ; cela peut vous rendre effrayé et anxieux. Vous ne pouvez pas utiliser le pouvoir qui réside dans la colère, parce que vous ne vous autorisez pas à l’utiliser.

Vous pouvez montrer votre côté doux, gentil et serviable, mais pas ce côté passionné et colérique – votre côté rebelle. Ainsi, la colère s’enferme et vous pensez que vous êtes différent des autres parce que vous ressentez ces sentiments, vous pourriez donc même commencer à vous éloigner des autres.

Dans tous les cas, cela crée un conflit amer à l’intérieur de vous-même, et apparemment entre deux moi, un moi de Lumière et un moi de Ténèbres. Pendant ce temps, vous êtes pris dans ce jeu douloureux, et cela fait mal à l’intérieur, car vous ne pouvez pas vous exprimer. C’est ce jugement qui vous limite.

Devenez-vous vraiment une meilleure personne grâce à cette réaction ? Est-ce que supprimer vos propres émotions va vous conduire à l’idéal d’un être humain paisible et aimant ? Si je vous décris tout cela, vous voyez très clairement que ce type de réaction ne fonctionne pas – cela ne conduit pas à une vraie paix, à un véritable équilibre intérieur.

Pourtant, c’est vous qui faites tout cela à vous-même. Très souvent, vous faites taire vos émotions, parce qu’elles ne sont pas bonnes selon la morale que vous avez, et vous ne réfléchissez pas à cette morale – d’où elles viennent, et par qui ou par quoi vous ont-elles été nourries.

Voilà donc ce que je vous recommande de faire : ne pas y penser, mais le ressentir . Ressentez cette énergie qui réside dans les jugements que vous portez sur vous-même, avec vos images de ce qui est idéal et de ce que vous « devriez faire », qui proviennent parfois de motivations apparemment très élevées – qu’il en soit ainsi . Vous ne devenez pas éclairé en maîtrisant vos émotions et en les supprimant systématiquement.

Il existe une troisième façon – une troisième façon de vivre vos propres émotions humaines. La première façon était de s’identifier totalement à sa colère, comme dans l’exemple précédent. La deuxième manière était de l’évincer, de le supprimer et de le condamner.

La troisième voie est de le permettre – de le laisser être et de le transcender. C’est ce que fait la conscience. La conscience dont je parle ne juge pas – c’est un état d’être .

C’est une manière d’observation à la fois créative. Or, de nombreuses traditions spirituelles disent : soyez conscient de vous-même, cela suffit. Mais ensuite vous vous demandez : comment est-ce possible ? Comment la simple conscience de moi-même peut-elle provoquer un changement dans le flux de mes émotions ?

Vous devez réaliser que la conscience est quelque chose de très puissant. C’est bien plus qu’un enregistrement passif d’une émotion – la conscience est une force créatrice intense.

Imaginez maintenant à nouveau que quelque chose dans le monde extérieur évoque en vous une émotion puissante – par exemple la colère. Lorsque vous le gérez consciemment , vous l’observez pleinement en vous-même. Vous ne faites rien, tout en continuant à observer et à observer.

Vous ne vous identifiez plus à la colère, vous ne vous y perdez pas, vous permettez simplement à la colère d’être ce qu’elle est. C’est un état de détachement, mais un détachement qui demande une grande force, car tout ce que vous avez appris vous pousse à vous laisser entraîner dans vos humeurs, dans l’émotion de la colère ou de la peur. Et pour rendre les choses plus compliquées, vous êtes également amené à porter un jugement sur cette colère ou cette peur.

Vous êtes donc attiré de deux manières et éloigné de la conscience , la sortie dont j’ai parlé au début : la sortie qui est le chemin vers la paix intérieure. Vos façons habituelles de gérer les émotions vous éloignent de ce point central, pour ainsi dire, de cette conscience, et pourtant c’est la seule issue.

Ce n’est qu’en observant silencieusement toute l’étendue de l’émotion que vous ne devenez pas inconscient, vous restez entièrement présent. Vous ne vous laissez pas entraîner – ni par l’émotion, ni par le jugement sur l’émotion. Vous le regardez en pleine conscience et avec un sentiment de douceur : « c’est comme ça en moi ».

« Je vois la colère monter en moi ; Je le sens parcourir mon corps ». « Mon estomac réagit, ou mon cœur ; mes pensées s’empressent de justifier les raisons de mon émotion ». « Mes pensées me disent que j’ai raison et non l’autre personne. » Tout cela, vous pouvez le voir se produire en vous observant vous-même, mais vous ne l’acceptez pas. Vous ne vous y noyez pas ; vous ne coulez pas.

C’est ça la conscience – c’est la clarté d’esprit. Et de cette façon, vous apaisez les démons de votre vie : la peur, la colère, la méfiance. Vous leur donnez de la force lorsque vous vous identifiez à eux, ou si vous les combattez avec jugement – ​​dans tous les cas, vous les nourrissez.

La seule façon de les transcender est de s’élever au-dessus d’eux, pour ainsi dire, avec votre conscience – non pas de les combattre, mais simplement de les laisser exister.

Que vous arrive-t-il alors ? La conscience n’est pas quelque chose de statique ; les choses ne restent pas telles qu’elles sont. Vous remarquerez que si vous ne nourrissez pas l’énergie de l’émotion ou de votre jugement à son sujet, celles-ci se dissiperont progressivement. En d’autres termes, votre équilibre devient plus fort ; votre sentiment de base devient davantage un sentiment de paix et de joie.

Car s’il n’y a plus de combat dans votre cœur et dans votre âme, la joie bouillonne vers le haut. Vous voyez la vie avec un œil plus doux. Vous voyez le mouvement des émotions dans votre corps et vous les observez. Vous observez également les pensées qui commencent à traverser votre tête, avec un regard doux et doux. Sachez que la capacité d’observer, et de ne pas se laisser engloutir, est quelque chose de très puissant et fort. C’est de cela qu’il s’agit : c’est la sortie !

Je veux vous demander maintenant, en ce moment, d’expérimenter le pouvoir de votre propre conscience – l’être pur – et la libération qui en découle vous permet de sentir qu’il n’y a rien que vous ayez besoin de changer en vous-même . Ressentez la tranquillité et la clarté de cette conscience : c’est qui vous êtes vraiment .

Mettez de côté les faux jugements. Laissez les émotions couler et ne les supprimez pas – elles font partie de vous et certaines d’entre elles ont un message. Demandez-vous si vous avez une émotion qui vous fait peur, qui vous dérange, que vous combattez ? Peut-être celui qui est devenu tabou pour vous ? Permettez-lui maintenant de se présenter sous la forme d’un enfant ou d’un animal – de se présenter ; pour se montrer. Cet enfant pourrait s’exprimer pleinement, ou même se comporter mal.

Quoi qu’il arrive, il faut lui permettre de faire tout ce qu’il veut et de vous dire ce qu’il ressent. Vous êtes la conscience qui regarde et dit : « Oui, je veux vous voir ; Je veux entendre votre histoire, l’exprimer ». « Racontez-moi votre histoire, car c’est votre vérité ; ce n’est peut-être pas la vérité, mais je veux entendre votre histoire.

Vivez vos émotions de cette façon et ne les condamnez pas. Laissez-les venir vous parler. Traitez-les avec la douceur d’un vieillard sage et observez ce que cet enfant ou cet animal apporte.

Il se cache souvent dans une émotion négative une pure force de vie qui veut émerger, qui a été étouffée à mort par tous les préjugés du jugement. Laissez l’enfant ou l’animal venir sauter vers vous. Peut-être qu’il change d’apparence maintenant – recevez-le avec une ouverture d’amour.

La prise de conscience transforme – elle est le principal instrument du changement, mais en même temps, elle ne veut rien changer. La conscience dit : « Oui – oui à ce qui est ! » Il est réceptif et accepte tout ce qui est là, et cela change tout, car cela libère.

Vous êtes désormais libre – vous n’êtes plus à la merci de vos émotions ou de votre jugement à leur égard. En les laissant tranquilles, ils perdent leur contrôle sur vous. Bien sûr, il arrive encore parfois que vous soyez submergé par vos émotions et vos préjugés – c’est cela être humain.

Essayez de ne pas rester coincé là et ne vous punissez pas pour cela : « Mon Dieu, je n’ai pas atteint la Conscience Claire – je dois faire quelque chose de mal. » Si vous faites cela, vous relancez le bal du jugement.

Vous pouvez toujours revenir vers la sortie, vers la paix, en ne vous battant pas avec vous-même. Observez ce qui est là et ne vous y trompez pas : ne pas vous laisser entraîner est une grande force . C’est le pouvoir de la vraie spiritualité. La vraie spiritualité n’est pas la moralité – c’est une manière d’être.

Source : https://www.jeshua.net/

 

Albert Roten est Médium spécialisé en Guidance.

Albert Roten est Médium spécialisé en Guidance.

Il aide les gens à retrouver la sérénité en apportant des réponses claires et des conseils concrets.
Ce blog parle de son actualité et des articles glanés sur le web en lien avec la médiumnité. Vous pouvez lui envoyer un message.

Comment me contacter ?

Mon téléphone

+41 (0)77 445 90 80

Mon adresse

Avenue de la gare 5
1950 Sion, Valais

HORAIRES D’OUVERTURE

Lundi : 09h00 – 19h00
Mardi : 9h00 – 19h00
Mercredi : 9h00 – 19h00
Jeudi : 9h00 – 19h00
Vendredi : 9h00 – 19h00
Samedi : fermé
Dimanche : fermé

2 + 12 =